05 avril 2010

Les écureuils sont des drôles d'oiseaux ! PART III BD à Québec


Le salon du livre francophone de Québec, où travaillait notre amie véronique sur le stand filosofia, diffuseur québécois du comptoir des indépendants (éditeurs bd français indépendants).
Le salon du livre francophone de Québec, avec à l’intérieur de lui un couloir pour le festival de la bd francophone de québec, était un salon du livre.
Le salon du livre francophone de Québec, c’est assez grand, y a plein de livres, plein de gens, ça ressemble à un mix entre supermarché et giga librairie, avec des auteurs en plus et une foultitude de personnes qui ne mettent peut-être jamais les pieds en librairie, peut-être est-ce là l’intérêt d’un salon du livre, sinon ?
J’ai pu y rencontrer Denis, qui s’occupe d’une façon très intelligente de la revue Katapulpe, petit fanzine littéraire et graphique… Il travaille en partenariat avec la section graphique de l’université de Québec, ainsi cela fait un exercice pour les étudiants, et lui y trouve des moyens, je crois, on en reparlera !
Mais bon, surtout, c‘était L’OFFiciel qui était plus intéressant… S’y tenaient les petits éditeurs comme Colosse ou BDdeCul, j’avoue ce sont surtout ces deux là qui m’ont motivés, sensibilités plus communes, des livres simples, et non violents. (je veux dire où l’on ne retrouve pas de fantasmes de puissance (post)adolescent, avec les armes, le sexisme latent etc)
J’y ai rencontré aussi Moult éditions, moins BD, plus vers l’absurde, dont greg s’occupe du site Le pressier plateforme de diffusion de fanzines et autres micro éditions…
Autre rencontre, et là on passe à la micro micro édition, aux 25 ex. : mélanie baillairgé, designeuse, dessinatrice, rigolote, et tant qu‘à faire, toujours en retard (je lui ai piqué sa table le 1er jour pour présenter nos fanzines, elle n’est venu que le lendemain !). De petites histoires touchantes, douces, à propos d’une épreuve que sa petite a traversé (une opération pour rallonger la jambe).
À savoir que je ramène en france des exemplaires, malheureusement très peu, de toutes ces choses, vous pourrez les trouver à Paris chez Philippe le Libraire (32 rue des vinaigriers) et à Lyon chez Expérience (place antonin poncet)…
J’eusse aimé en ramener plein, mais entre la petitesse des tirages, mon budget limité et le poids dans l’avion…
J’ai croisé tout un tas d’autres gens aussi, et surtout, n’ai pas eu le temps avec certains, il me faudra donc revenir… (chose bientôt faite !)
Comme tout salon, sa star, j’ai vu Mr lewis trondheim, qui avait l’air plutôt détendu, contrairement à la légende… Peut-être les chasseurs de dédicaces sont ils moins nombreux, moins idiots, moins ahuris, moins sauvages, moins baveux, moins flippant au Québec ??? je ne sais pas pourquoi, mais mon petit doigt me dit que… c’est ça!
Ainsi ai-je pu voir à quoi ressemblait le marché du livre québécois et celui de la bande dessinée… et aussi le prix des livres français… importés… le calcul est simple, prenez le prix en euros, multiplié par 2 et convertissez… voilà…
Exemple de circonstance :
Lapinot et les carottes de patagonie en euros : 35 = 70 dollars (52 euros)
faque… ça doit bien marcher les bibliothèques ici !!!
bon, ben voilà, c’est tout pour aujourd’hui !!!
à suivre…


\-+-/





Retour